Une délégation du bureau régional du Programme Alimentaire Mondiale (PAM) a échangé avec les premiers responsables de l’Association Formation Développement Ruralité (AFDR) en vu de mesurer leur capacité à s’ouvrir à des marchés porteurs et de qualité. C’était le mardi 07 juillet 2015.

L’exercice auquel El Hadj Oumar Baye, technologue alimentaire et Ismaël Nignan, chargé de programme P4P ont soumis l’AFDR a porté sur ses capacités humaines, techniques et infrastructurelles de satisfaire les besoins de marché du PAM. A ses différentes préoccupations, le Directeur Exécutif, Amidou Ouattara appuyé par ses collaborateurs et les membres du Conseil d’Administration ont su apporter des éléments de réponse sur les domaines d’intervention de l’association.

Le Conseil d'Administration et la Direction exécutive de l'AFDR ont montré l'intérêt de la structure avoir accès à un marché plus porteurAinsi l’AFDR compte 75 organisations paysannes (OP), regroupant 2731 membres dont 1856 femmes et 825 groupes de femmes. Elle œuvre dans les domaines de renforcement des capacités par la formation initiale et continue, l’appui à la production, l’épargne communautaire et la commercialisation groupée, a répondu Amidou Ouattara tout en relevant que tous ces membres sont mobilisés pour la production agricole.

Aussi, la structure est dotée d’un Centre de formation Agricole et Artisanale qui recrute et forme les jeunes déscolarisés de 14 à 18 ans dans les métiers de l’agriculture alliés à la formation artisanale (mécanique deux (2) roues, maçonnerie, coupe-couture, électricité etc). La force de l’AFDR réside, selon M. Ouattara, dans son membership, sa bonne organisation à la base, la situation géographique et géologique de la région propice à la production des spéculations comme le niébé, le sorgho, le sésame, l’arachide.

Et l’un des défis que tente de relever l’association est la commercialisation. Depuis 2009, la structure fait de la collecte du niébé et du sorgho et la mise en marché. C’est le secteur dans lequel, elle s’investit davantage avec l’accompagnement des partenaires dans l’amélioration de leur capacité de stockage et de la mise en qualité des produits. En effet, l’association compte à ce jour quatre (4) magasins d’une capacité de stockage de 550 tonnes offerts par PAM et PROFIL.

El Hadj Oumar Baye, Technologue alimentaire en mission d'évaluation de l'AFDRDe 2009 à 2015, L'AFDR a mobilisé plus de 1000 tonnes de céréales au profit du PAMBientôt dans le cadre du projet IMSA (Innovation et Mobilisation pour la sécurité Alimentaire), il est attendu 7 magasins de stockage de 100 tonnes chacun d’où à termes une capacité de au moins 1500 tonnes. Et mieux, en termes de capacité technique en plus de la formation, l’AFDR va se doter de deux (2) tracteurs et deux (2) lignes de nettoyage d’une capacité de 7 tonnes à l’heure.

Déjà les spéculations mises le marché sont le niébé et le sorgho qui de 2009 à nos jours, la structure a mobilisé plus de mille (1000) tonnes au profit du PAM. Elle attend mettre en place des structures formelles pour la transformation et la commercialisation et s’ouvrir à des marché plus importants au vu de leur capacité de mobilisation pouvant atteindre 500 à 600 tonnes de niébé et 300 à 400 tonnes de sorgho. Des spéculations comme le sésame et l’arachide intéressent aussi le marché et l’AFDR s’y investit.

Pour se résumer, le Directeur Exécutif a soutenu que la structure intervient dans toute la chaîne de production, reste l’accès à un marché plus porteur. Ce qui est l’objectif de cette mission d’évaluation de l’association pour l’intégrer dans la liste des fournisseurs du PAM dont les conclusions sont vivement attendues.

Cellule Communication