Archives

Non classé

Association Formation Développement Ruralité (AFDR)

VIE DE L’ASSOCIATION:

Yatenga :  Cérémonie de sortie de la 11 promotion des apprenants pour la formation de courte durée du CFA de l’AFDR en partenariat avec le projet Job –Booster.

 

Plus de 86 jeunes formés dans des filières porteuses, en compétences de vie courante et en entreprenariat ont reçu leurs parchemins.

Le Centre de Formation, d’Agriculture et de l’Artisanat (CFA)  de l’AFDR en partenariat avec le projet ‘’Job-Booster’’  a commémoré le vendredi 20 Décembre 2019 la cérémonie de sortie de la 11ème   promotion de ses apprenants  Cette formation a été dédiée aux apprenants de la 11ème promotion du CFA, après six (06) semaines de formation intense de courte durée en théorie et en pratique sur les techniques de la chaine de valeurs de l’agriculture, de l’artisanat, mais aussi une formation sur la vie courante et en entreprenariat.

Offrir des solutions aux problèmes de formation professionnelle des jeunes pour l’employabilité et l’autonomisation  à travers des formations qualifiantes sur des activités génératrices de revenus, leur permettant d’acquérir des compétences nécessaires pour conduire leurs activités économiques, subvenir à leur besoins et faciliter leurs insertion socioprofessionnelle. Telle est la mission du Centre de Formation Agricole et Artisanale (CFA) de l’AFDR basé dans la commune rurale de Tangaye. Ce programme est une réponse conjointe de l’AFDR, et de ses partenaires techniques et financiers notamment le projet ‘’Job-Booster’’, la direction régionale de l’emploi des jeunes et de l’entreprenariat de la région du nord, et de la caisse populaire pour booster le développement et lutter contre la pauvreté et le chômage des jeunes dans la région du nord.

Appuyé par son partenaire technique et financier le projet ‘’Job-Booster’’, l’AFDR s’est engagé à travers le CFA de former les jeunes et les femmes dans le secteur agro-sylvo-pastoral, sur les compétences de la vie courante et en entreprenariat. Ainsi, 86 jeunes ont été formés  dans des filières affiliées au CFA pour le compte du projet ‘’Job-Booster’’. Ces apprenants sont qualifiés et certains d’entre eux pourront s’auto-employer et créer des activités génératrices de revenus.

‘’AFDR, Un partenaire digne de confiance engagé dans la lutte contre le chômage des jeunes et des femmes’’

« Je voudrais rassurer les partenaires techniques et financiers, les parents et les jeunes que le CFA jouera pleinement sa partition pour pallier à la question du chômage des jeunes à travers les formations socio-professionnelles de qualités et en entreprenariat. Convaincu que l’Etat tout seul ne pourra pas relever le défi de la transformation structurelle de l’économie, l’AFDR en tant qu’une structure privé, acteur de développement durable et soucieux du calvaire que rencontrent les jeunes dans leurs vécus quotidiens, projette ses objectifs pour former des ‘’futurs bâtisseurs’’ d’un développement durable en impliquant à l’épicentre les jeunes et les femmes en tant que maillon fort du développent d’une nation pour appuyer le gouvernement dans la même verve.  Et cela dans un secteur privé fort, responsable et responsabilisé car l’AFDR demeura toujours sensible à la problématique liée à l’emploi des jeunes et des femmes, au chômage et à la pauvreté. Eu égard à un monde en plein mutation, où les populations du burkina dans son écrasante majorité est jeune et qui ne fait que s’accroitre est en proie de plusieurs fléaux, il est un impératif catégorique que des initiatives soient développées pour inverser la tendance liée à la problématique du chômage, aux sous-emplois et à la restriction du seuil élevé de la pauvreté par des actions concrètes. Pour y parvenir, l’AFDR à travers le CFA et avec l’appui de ses partenaires avive sur la formation professionnelle et l’entreprenariat afin d’élargir le champ de la création de l’emploi, de l’autonomisation des jeunes et les femmes, à la bonne gouvernance et à l’employabilité des jeunes en quête d’un avenir meilleur dans la région du nord, car ils sont le fer de lance de la nation et constituent un maillon fort pour un développement durable» a souligné El hadj Amidou Ouattara, Directeur Exécutif de l’AFDR.

‘’ Le chômage est la source du mal de la jeunesse, un jeune chômeur représente un danger pour la société’’

Il  soutient que « ces apprenants au nombre de 86 ont bénéficié d’un accompagnement financier et matériels (motopompes, matériaux de constructions, outillages de mécanique, matériels de couture, des bétails pour engraissement, des tourteaux pour bétails etc..) pour la réalisation de leurs projets, individuellement ou en associations. Ainsi, il a affirmé qu’outre ces kits d’installation et d’un appui financier, les apprenants ont tous été sanctionnés par des attestations de leurs formations professionnelles et en entreprenariat qui leur permettront de réaliser désormais leurs  amitieux projets. Retenons que de nos jours, ‘’ Le chômage est la source du mal de la jeunesse’’. C’est pourquoi, le CFA de l’AFDR avec l’appui de ses partenaires servira pour toujours un levier, voir un tremplin pour les jeunes et les femmes afin de lutter contre la pauvreté et le chômage. Et pour y parvenir, l’AFDR à travers le CFA fléchit sur sa vision qui est de former un maximum de jeunes pour qu’ils aient des métiers dignes, générateurs de revenus à exercer. Cette vision fait partie des changements de paradigmes prônés par la politique nationale afin de lutter contre le chômage.  ‘’Un jeune chômeur représente un danger pour la société’’ et nous devrions tous réaliser que de nos jours, le combat contre les fléaux qui constituent le chemin de croix des jeunes et entravent leurs épanouissements, c’est-à-dire : la lutte contre (la pauvreté, le chômage, le   grand banditisme, la prostitution, la consommation de la drogue et autres stupéfiants, les alcools frelatées,  les mariages forcés et précoces, la déperdition scolaire, l’immigration clandestine, le travail des enfants, la présence des enfants sur les sites aurifères etc.) de la frange jeune ne seraient qu’une illusion désespérée, tant que nous ne déployons pas des initiatives et promouvoir les formations socio-professionnelles et  entrepreneurial qui viendront appuyer le secteur public ». a relevé le D.E El hadj Amidou Ouattara.

Le chômage des jeunes,  ‘’une véritable bombe sociale à retardement’’ qu’il faut à tout prix désamorcer.

Il  a par ailleurs, lancé un appel à tous ses partenaires de persévérer dans cette dynamique et d’œuvrer pour la réussite du CFA dans ses missions, qui du reste  s’inscrit dans un partenariat gagnant-gagnant et qui contribue à la lutte contre le chômage des jeunes qui,  jusque-là, reste ‘’une véritable bombe sociale à retardement’’ qu’il faut à tout prix désamorcer. Tout en réitérant ses remerciements et ses encouragements aux partenaires de l’AFDR pour la bonne collaboration, le Directeur Exécutif a aussi exhorté aux parents à se convaincre que les enfants peuvent toujours inventer leurs avenirs et devenirs à travers le centre de formation professionnelle du CFA de l’AFDR. En sus, il a invité les jeunes à s’inscrire au CFA, de se former pour des activités génératrices de revenus, de faire preuve d’abnégation, d’oser, et de ne pas négliger ces formations car elles constituent des sources d’emplois pour les jeunes et les femmes qui leurs permettront de vivre dignement et d’éviter de se retrouver dans des situations inextricables».

« Les jeunes doivent  vivre enfin leurs rêves plutôt  que de continuer de rêver de leurs vies ».

Selon M. Alexis Musabimana chargé du suivi-évaluation à l’AFDR «C’est dans près de 06 filières porteuses à savoir : l’aviculture, le maraichage, l’embouche ovine et bovine, à l’artisanat, en entrepreneuriat, sur les compétences de la vie courante et gestion des unités de production spécialisées, qu’aux nombre de 86, ces jeunes apprenants âgés de 15 à 35 ans ont été intensément formés à courte durée dans les métiers urbains et ruraux pour le compte du projet ‘’Job-Booster et du CFA. Dans cette dynamique, le Centre de Formation Agricole et Artisanale (CFA) a toujours été un référentiel pour  l’apprentissage des jeunes  avec près de 100% en théorie et en pratique. Pour la sortie de cette 11ème promotion, 86 jeunes et femmes ont été formés sur les filières porteuses de la chaine de valeurs agricoles (Agro-sylvo-pastoral), l’artisanat et l’entreprenariat.  M. Musabimana  a expliqué que ce programme est adapté aux besoins des jeunes. « Les filières auxquelles ils ont été formé sont porteuses et génératrices de revenus». Il a rassuré que tous les apprenants ont suivi avec grand intérêt et assiduité toutes les formations sur ces filières agro-sylvo-pastorale, sur l’artisanat ainsi que sur la vie courante et l’entreprenariat afin d’être des citoyens capables de s’auto employer, de générer et de régenter leurs propres entreprises. En somme, d’apporter une plus-value au développement de l’économie et à la réduction du chômage des jeunes et des femmes dans la région du nord. Il dit cependant être satisfait des résultats probants engrangés « nous sommes satisfait des résultats engrangés lors de cette formation à courte durée car ils sont concrets. Et cela définit la détermination, l’assiduité et l’abnégation aussi bien des formateurs et des apprenants. Nous avons foi, que les jeunes peuvent transformer leurs vécus quotidiens s’ils s’adonnent à la pratique de ce qu’ils ont appris. Ces activités ne doivent pas être négligeable ni par les parents encore moins  par les jeunes car ce sont des métiers tout comme les autres et beaucoup s’en sorte mieux en prônant sur ces filières porteuses qui sont des activités génératrices de revenus. Ainsi, nous encourageons les sortants à ne pas croiser les bras, de profiter de ces connaissances acquises et de cet appui financier pour se mettre à la tâche afin de transformer leur monde, de « vivre enfin leurs rêves plutôt  que de continuer de rêver de leurs vies ». Il a invité aux jeunes à se battre davantage pour réussir  car nul ne saurait avoir un avenir meilleur en restant coucher sur son oreiller, à s’inscrire au Centre de Formation Agricole et Artisanale (CFA) de l’AFDR pour une formation de qualité sur ces filières porteuses génératrices de revenus.  M. Alexis a réitéré ses remerciements à tous les partenaires en particulier au Projet ‘’Job-Booster’’ qui accompagnent l’AFDR dans sa lutte contre la pauvreté, le chômage et aux sous-emplois des jeunes. Aussi, il a interpellé les parents en tant que premiers responsables, à une prise de conscience, à leur forte implication pour la quête d’un avenir meilleur des jeunes mais aussi d’assumer leur responsabilité, de ne ni compromettre ni hypothéquer l’avenir des jeunes. Mais  plutôt de leurs offrir la chance de réussir en les inscrivant dans les centres de formations professionnels comme le CFA de l’AFDR. Aussi, il a rappelé que les inscriptions pour la 12ème promotion sont en cours et invite à tous ceux qui sont intéressé de bien vouloir se rendre au siège social de l’AFDR au secteur 13 à Ouahigouya pour les formalités pour une formation de qualité.  Car,  chaque jeune formé qui exerce un métier et qui arrive à subvenir à ses besoins est une épine de  moins (moins de dépenses, moins de charges sociales etc…) pour sa famille. Ce qui peut aussi réduire considérablement le taux de chômage des jeunes dans la région du nord a-t-il souligné. En sus,  M. Musabimana a encouragé les apprenants sortants à faire bon usage des connaissances acquises, à doubler d’effort et d’être actifs en se servant de ces savoirs pour réaliser leurs ambitions, comme pour dire : ‘’Qui veut aller loin ménage sa monture’’.

‘’Le succès se trouve au bout de l’effort et la confiance en soi-même’’

Ouarmé Malick, responsable des apprenants, major de ladite promotion a témoigné sa satisfaction au nom de tous les apprenants: « nous sommes tous fier d’avoir appris des métiers à exercer et nous  ne pouvons qu’à saluer à sa juste valeur cette initiative de l’AFDR. Cette formation bien qu’elle soit de courte durée nous a permis d’acquérir des connaissances dont l’impact sera à long terme.  Grâce à cette formation nous restons convaincus que nous pourrions  enfin réaliser nos ambitions. Il a rassuré que toutes les connaissances acquises seront mis en pratique. Certes, qu’en tout début certains d’entre nous négligeaient ces activités, et certains de nos parents aussi n’assumaient pas leurs responsabilité mais, par la suite, nous avons tous compris qu’elles sont d’une importance capitale et beaucoup d’entre nous qui n’ont pas eu la chance d’aller à l’école classique, nous avons pris conscience qu’à travers ces formations professionnelles nous pouvons nous aussi subvenir à nos besoins et l’essentiel c’est de réussir dans la vie. Chacun de nous a d’ores et déjà élaboré des projets à réaliser à la fin de la formation. C’est pourquoi d’ailleurs, tous les apprenants ont monté leurs plans d’affaires qui avec l’appui de l’AFDR bénéficieront d’un appui financier pour s’y lancer. Tous les apprenants ont reçu leurs parchemins en formation professionnelle et en entreprenariat. Les meilleurs ont été primé (motopompes, outillages en mécanique, maçonnerie, en couture, des bétails et de tourteaux pour engraissement. Ce qui est encourageant et nous avons foi que les filières auxquelles nous avons été formé sont génératrices de revenus et peuvent bien nourrir son homme. Cet exemple a été donné par nos prédécesseurs qui s’en sortent bien en exerçant leurs activités.  Nous sollicitons à tous les parents qui confient des tâches qui ne garantissent pas l’avenir de leurs enfants, d’être sensible au chômage des jeunes qui est un phénomène grandissant à la peau dure et qui contribue à la pauvreté dans les familles et dans la société. Plus nos parents prennent conscience de la situation préoccupante des jeunes de nos jours, plus ils doivent inscrire leurs enfants soit dans les écoles classiques soit dans les centres de formations professionnelles comme le cas du CFA afin de leurs offrir une seconde chance de réussir dans la vie. Ceux-ci parce que nous constatons avec amertume que la plupart des jeunes chômeurs ou désœuvrés souffrent dans la vie et par conséquent finissent par s’adonner aux pratiques néfastes comme les vols, le grand banditisme, à la consommation de la drogue et autres  stupéfiants, aux frelatées, et les jeunes filles et femmes soumises aux mariages forcés et précoces, à la prostitution dans la vie courante. Ce qui constitue une grande préoccupation pour la jeunesse et un danger pour la société. Les apprenants ont pris conscience à cela et ne veulent pas subir le même sort que ces derniers. C’est pourquoi ils ont  suivi avec grand intérêt cette formation afin de sortir de l’ornière. Nous réitérons nos remerciements à tous les parents qui ont permis à leurs enfants de s’inscrire pour se former, à l’AFDR et à tous ses partenaires qui les accompagnent dans cette dynamique, à tous les apprenants qui ont su se conformer aux principes de la formation, et à nos formateurs qui avec un engagement ferme nous ont donné une formation de qualité tant théorique que pratique. Tous les apprenants ont prêté serment de faire bon usage des connaissances acquises et les conseils de leurs formateurs pour  réussir. Comme le dit un adage : ‘’le succès se trouve au bout de l’effort et la confiance en soi-même’’ et nous avons à fournir encore beaucoup d’efforts pour parfaire notre ambition a-t-il martelé.

Kabré Cathérine pensionnaire 2ème année a apprécié à sa juste valeur cette initiative de la part de l’AFDR et de ses partenaires pour les sortir du gouffre et de les avoir poussé à l’ingéniosité. « Nous avons appris des choses très avantageuses  lors de cette formation et nous avons foi que si nous nous mettons à la tâche nous en profiterons. La formation s’est bien déroulée dans un cadre serein. Nous avons suivi avec un grand intérêt les connaissances partagées en théories tout comme en pratiques. Nous avons compris la nécessité de la formation professionnelle.  A l’issu de cette formation, je compte réaliser des ambitions car étant motivée et convaincue des valeurs de cette formation ». Elle dit être prête à se lancer dans la couture et  l’élevage, tout comme certains de sa promotion qui se sont engagé dans d’autres projets selon le métier qui les ambitionne. Cela dit,  vu l’importance de ces formations dans la résolution du problème de l’emploi des jeunes et des femmes,  Kabré Cathérine  invite  tous ces camarades d’en faire autant. De s’inscrire au CFA pour une formation de qualité et d’avoir confiance en eux-mêmes et de  se rassurer de leur réussite car l’AFDR est très sensible aux problèmes de l’emploi des jeunes et des femmes dans la région du nord et ne cesse de mieux faire pour les propulser dans la quête de l’emploi avec les filières agro-sylvo-pastoral, de l’artisanat et en entreprenariat ».

‘’AFDR, l’Espoir d’un Lendemain Meilleur !’’

Cellule de Communication  de l’AFDR/OHG

  • 1
  • 2