VIE DE L’ASSOCIATION : Visite d’une mission de la Fondation Stromme dans les Centres SSA/P de l’AFDR à Arbolé.

La Stratégie de Scolarisation Accélérée (SSA/P) : un espoir pour les enfants en déperdition scolaire au Burkina-Faso.

« L’éducation consiste à nous donner des idées, et la bonne éducation à les mettre en proportion » disait Montesquieu. C’est ainsi que l’AFDR s’approprie de cette vision et philosophie pour atteindre son objectif dans son plan d’action pour un enseignement de qualité en termes d’éducation à travers ses centres de SSA/P.
En vue d’encourager les animateurs et les apprenants, étayer l’importance et les objectifs des centres SSA/P et de s’imprégner de ses  réalités. Consolider les acquis des animateurs/trivces en matière d’éducation par des partages d’expériences et des conseils mais aussi  les exhorter à se conformer aux principes des centres SSA/P et à se familiariser avec les démarches pédagogiques des différentes disciplines enseignées. A se conformer aux spécificités pédagogiques de la SSA/P, les techniques d’animation, leurs rôles et attributions et à la gestion des centres, une mission de la fondation Norvégienne ‘’STROMME’’ et l’Association Formation Développement Ruralité (AFDR) ont effectué le 5 mars 2020, une visite de suivi et d’encouragement dans les centres de stratégie de scolarisation accélérée ou passerelles (SSA/P) dans les villages de Boura et Bingo de la commune de  Arbolé.

Cette mission composée d’une délégation de 3 membres constituants de la Fondation Stromme dirigée par  Madame Roukiatou Dembélé, Directrice Régionale de la Fondation Stromme venue du Mali, Madame Anatou Hassane, Coordonnatrice Pays de la Fondation Stromme au Niger, Monsieur Sawadogo Michel, Coordonnateur National de Stromme au Burkina et une équipe de l’AFDR dont Monsieur le Directeur Exécutif Amidou Ouattara accompagné par les deux coordonnateurs chargés de l’éducation de la fondation Stromme et du MENAPLN à l’AFDR et une superviseur.

A l’issu de cette visite de terrain, des encouragements, des échanges et de concertations entre partenaires et les acteurs de l’éducation des centres SSA/P,  l’interpellation au respect stricts des principes des objectifs et visions de la fondation Stromme à travers les SSA/P ainsi que des conseils pour le bon fonctionnement et l’importance des centres SSA/P étaient au menu d’échange. Il était aussi question du  renforcement des capacités des animateurs et animatrices de la SSA/P par des conseils afin d’améliorer la pratique classe. Favoriser un cadre d’échange et de partage d’expérience entre les différents acteurs de l’éducation.  Inciter les animateurs/trices à se familiariser avec la formulation des objectifs spécifiques de la SSA/P. Amener les apprenants à se convaincre de l’importance de l’éducation pour un lendemain meilleur et à participer en classe pour bien apprendre afin de mieux servir. En outre, il s’agit d’encourager les animateurs/trices dans leur mission, tout en les exhortant de se familiariser avec les différents outils de la passerelle (les mémoires de classe, les emplois de temps, la progression mensuelle, le registre d’appel journalier, le cahier de visite, le code moral etc.) et de
renforcer la collaboration avec les directeurs des différentes écoles d’accueils pour une éducation de qualité et pour un bon rendement scolaire. Mais surtout de poursuivre la sensibilisation au sein des parents et les enfants quant à la nécessité et les bienfaits des centres SSA/P.

« Chargés de dispenser les cours selon la démarche pédagogique de l’innovation en vue de conférer aux élèves le niveau d’apprentissage d’un élève de la classe de CE2 de l’école classique à travers des stratégies d’enseignement accélérées dont le programme est un condensé sélectif des programmes de classes de CP1, CP2 et CE1 de l’école classique burkinabè, les animateurs/trices constituent la cheville ouvrière d’une éducation de qualité dans ces centres SSA/P. Cette visite  a permis de mieux nous imprégner des réalités de l’existence et du fonctionnement de ces centres. Nous sommes enthousiasmés des efforts déployés par les acteurs de l’éducation sur le terrain et de la participation des apprenants dans les différentes classes. L’éducation est un droit pour tout enfant. Les parents doivent comprendre que les enfants n’ont leur place qu’à l’école. Les mariages forcés et précoces des enfants, la déperdition scolaire et la présence des enfants sur les sites d’orpaillage hypothèquent leur avenir et entravent leur épanouissement. Nous avons foi qu’à travers les centres SSA/P, bon nombre d’enfants réussiront dans la vie vu leur bonne participation en classe et les efforts consentis par les animateurs de ces centres. Pour cela, nous exhortons l’implication des parents pour la réussite  des enfants à l’école et nous encourageons l’AFDR de poursuivre dans la même verve afin qu’ensemble nous puissions offrir une seconde chance à ces enfants en déperdition scolaire » a souligné madame Roukiatou Dembélé, Directrice Régionale de la Fondation Stromme  (Mali).

  1. Amidou Ouattara, Directeur Exécutif de l’AFDR a rassuré que : « l’une des missions régalienne de l’AFDR c’est l’atteinte des objectifs de la SSA/P qui du reste est un espoir de vie pour les enfants déscolarisés ou en déperdition. Chaque animateur en tant qu’acteurs de développement endogènes et d’éducation de la SSA/P se doit pour devoir fondamental de défendre becs et oncles pour atteindre ces objectifs nobles. En ce sens que les centres à passerelles comme les écoles classiques obéissent aux mêmes principes. Le principe de l’égalité de chance à l’éducation sans discrimination est de mise même si l’application de ces droits bute souvent sur divers obstacles sociologiques et économiques, grâce au soutien des organismes tels ‘’la Fondation Stromme’’, le MENAPLN en appui à l’AFDR, le droit de l’enfant à l’éducation devient de plus en plus une réalité, et on constate une augmentation du taux de scolarisation des enfants vulnérables grâce à l’existence des centres à passerelles dans les provinces. Vue l’importance de cette stratégie de scolarisation accélérée, nous envisageons dans les années à venir ouvrir d’autres centres à passerelle dans bien d’autres localités où le besoin se fait sentir afin d’offrir une seconde chance de réussir dans la vie aux enfants non scolarisés et déscolarisés. Toutefois, des efforts restent toujours à faire pour offrir aux apprenants des centres à passerelles une éducation et un enseignement de qualité et pas seulement une éducation de masse, en mettant d’autres stratégies (motivation, encouragements, sensibilisations etc.) pour les élèves et les acteurs éducatifs. Sur ce, le D.E interpelle tous les acteurs de l’appareil éducatif de la SSA/P de l’AFDR à faire preuve d’abnégation, de détermination et surtout à une bonne collaboration avec les écoles d’accueils pour une éducation réussite. De répondre à l’appel de leur devoir qui est celui d’éduquer, de former, d’informer et de sensibiliser ».

Abdoul Karim kader Sawadogo, coordonnateur chargé de l’éducation ‘’Stromme’’ et des centres de la SSA/P de l’AFDR et Charles Keita, coordonnateur du MENAPLN chargé de l’éducation à l’AFDR sont unanimes pour dire que  « Au Burkina Faso, l’initiative de la Fondation Stromme en collaboration avec l’AFDR et le MENAPLN à travers les centres SSA/P a permis de booster les indicateurs de l’enseignement primaire quand on sait qu’à cet effet, la SSA/P a permis d’enrôler près de 42 414 enfants dont 20 648 filles de 2006 à 2017. Et sur ces effectifs, 34 384 enfants dont 16 552 filles ont été transférés à l’école primaire. Cela est à saluer à sa juste valeur car la SSA/P est un regain pour les enfants déscolarisés, non scolarisés. Il incombe donc aux acteurs éducatifs de changer le fusil d’épaule pour donner un encadrement plus meilleur aux apprenants. Cette visite a permis également aux partenaires de s’imprégner des réalités de la SSA/P et de son importance au profit des enfants. La mission de l’AFDR est de permettre aux enfants en déperdition d’être réinsérer dans le milieu scolaire afin d’espérer un avenir radieux. Les centres SSA/P sont avantageux et tous les acteurs d’éducation de ces centres se doivent  pour devoir de donner un bon rendement, un taux élevé de la scolarisation sans discrimination des enfants en déperdition scolaire au Burkina Faso car ‘’la valeur d’un enseignement se juge avant tout à travers ses résultats’’.

 

 

AFDR, espoir d’un lendemain meilleur